Petite balade chez les trotteurs !

20170105_1349222-2_gf
Des tribunes d’un vide sidéral pendant la course du Quinté à 13H50 !
 Il faut bien reconnaître, même si nous préférons le galop, que les courses de trot sont très agréables à regarder (sauf quelques unes au monté) . Coté accueil du public, il n’y a pas photo entre Vincennes et les hippodromes de galop Parisiens et pourtant les courses se disputent dans un véritable no man’s land…Aucune ambiance, même coté propriétaires…Que faire ?

 

20170105_145606_hdr2-2_gf
Les trotteurs du Prix Hersilie

 

Heureusement que certains trotteurs font le spectacle, comme ceux du Prix Hersilie ( Groupe III). La lutte entre Venkatesh, drivé par Pierre Vercruysse et Aupiquaria  valait le coup d’œil en live. Blues d’Ourville  s’est montré fautif dans la ligne droite alors qu’il était en mesure d’arbitrer le duel. Venkatesh est un fils de Varenne .

 

20170105_150212-2_gf
Venkatesh
20170105_150342_hdr2-2_gf
Venkatesh et un Pierre Vercruysse tout souriant

Les chevaux qui m’ont fait aimer les courses . No 7. Monquier

e318d4f2ac72dea9cc464cb66fde0c0e
 
      Nous n’avons pas étudié le cheval dans les mêmes écoles, Monsieur ! Vous étiez à Vaugirard quand j’étais à Saumur. J’apprenais le pas espagnol quand vous débitiez du saucisson sur votre étal, et vous en étiez probablement au steack haché quand j’enseignais le trot raccourci !
  • Jean Gabin, Le Gentleman d’Epsom (1962), écrit par Michel Audiard
    Chaque semaine, je vais essayer de vous parler de mes souvenirs de Turfiste. Cela fait certainement ‘vieux con’, mais il est temps que les ‘jeunes cons’ soient au parfum au sujet des chevaux qui ont comblé mes rêves. Il y aura Trotteurs, Galopeurs et Sauteurs mélangés au gré de mes souvenirs.

 

Numéro 7 : Monquier

 

Un beau jour de février…direction l’ancien Laval via le train, l’hippodrome se trouvait quasiment en face de la gare . Cette longue sortie m’a permis de faire connaissance avec un cheval dont je suis complètement tombé amoureux…Monquier ! Un fils de Villequier B, donc petit fils de Kerjacques… Ce Monquier , je l’ai découvert à Laval lors des heats d’échauffements…il volait. C’est en l’emportant de loin devant un certain Mourotais que mon cœur s’est mis à battre chaque fois que le cheval de Monsieur Royer foulait une piste.
Après avoir décu deux fois, le poulain reprit avec le printemps le cours de ses succès à …Bihorel les Rouen, Elbeuf , Clairefontaine. Puis,  vint le Grand Jour…Vincennes. Lors des débuts de Monquier dans le temple du Trot, je n’étais pas présent car il y avait course à Ecommoy…Après avoir assuré le jeu simple au PMU et le couplé avec un autre concurrent qu’un ami avait vu gagner en champion à Caen, un dénommé Mon Tourbillon
Résultat des courses : Premier Mon Tourbillon, deuxième Monquier à 13/1…un peu déçu le gars !
La suite de sa carrière a été marquée par des succès, gâchés par des contre-performances souvent inexpliquées. Une de ses meilleures performances fut dans le Critérium Continental
( http://www.letrot.com/fr/fiche-horse/monquier/Y2pbbAAEAQMM/performance/1982-08-22/7500/6/ )
Dans le Prix de Selection 1984 , Monquier fini 3ème en rendant 25 mètres à un certain…Ourasi âgé de 4 ans . Puis après une quatrième place dans le Critérium de Cagnes sur Mer et une victoire à Vincennes, ce fut une fin de carrière triste qui aurait pu lui être évitée…
Monquier n’était pas un Grand Champion, mais un rude adversaire lorsqu’il était au top. Le genre de cheval que l’on aime.
Au haras, la reproduction du bel alezan fut très quelconque. Monquier est mort à 15 ans, mais je n’en connais pas la cause.

 

La suite au prochain épisode ..

Les chevaux qui m’ont fait aimer les courses . No 5. Gamélia

e318d4f2ac72dea9cc464cb66fde0c0e
 
      Nous n’avons pas étudié le cheval dans les mêmes écoles, Monsieur ! Vous étiez à Vaugirard quand j’étais à Saumur. J’apprenais le pas espagnol quand vous débitiez du saucisson sur votre étal, et vous en étiez probablement au steack haché quand j’enseignais le trot raccourci !
  • Jean Gabin, Le Gentleman d’Epsom (1962), écrit par Michel Audiard
    Chaque semaine, je vais essayer de vous parler de mes souvenirs de turfistes. Cela fait certainement ‘vieux con’, mais il est temps que les ‘jeunes cons’ soient au parfum au sujet des chevaux qui ont comblé mes rêves. Il y aura Trotteurs, Galopeurs et Sauteurs mélangés au gré de mes souvenirs.

 

Numéro 5 : Gamélia

 

 

Gamelia-0006

   Mon histoire d’amour avec la belle alezane au tempérament bien trempé a commencé un jour de semaine. En ces temps là, j’étais fan de l’écurie De Bellaigue ( Clissa, Quioco ) et certainement que j’ai jeté mon dévolu sur cette Gamélia avant tout pour les couleurs qu’elle portait et son fidèle driver, Pierre Léopold Marie.
Notre aventure a duré de longues années. Je me souviens très bien de ses débuts victorieux à Vincennes un jour de semaine à une cote plus que sympathique. J’étais ce jour là chez des amis et j’ai appris le résultat sur RTL à 15 h. Je me remémore où j’étais lors de ce début de phase amoureuse. Faut-il y voir un signe?

 

Kerjacques-n0001

 trot.over-blog.comtrot.

La suite a été faite quasiment que de joies. Née de l’union du Dieu Kerjacques et de la très bonne Idumée,  Gamélia ne fut pas qu’une précoce, bien que lauréate du Critérium des 3ans. Après avoir toujours déçue dans le Prix d’Amérique (à l’inverse de sa compagne d’écurie, Gadamès)  la belle alezane triomphe à huit ans sous la selle dans le Prix du Cornulier montée par le fougueux jockey de Tidalium Pélo,  Jean Mary, devant Jeune Orange à Gaston Peltier et Fanacques sur lequel, la jument pris une éclatante revanche sur l’année d’avant où le cheval de l’écurie Georges Dreux l’avait devancé.

 

ob_3e0e7d_gamelia-montee (2)

 

Et une fois encore une anecdote: Je peux vous narrer dans qu’elle situation j’étais au moment que j’ai appris que MA Gamelia avait gagné le Prix du Cornulier.
Je me trouvais dans le train qui me ramenait d’une réunion sur l’hippodrome de Rouen les Bruyères. Ayant joué au PMU le matin, je demandais un célèbre turfiste, un dénommé Williams…
– Qui a gagné le Cornulier ?
– Vous ne devinerez jamais ?
  • Aie aie…!
  • C’est qui ?
  • Gadamès !
  • Elle ne courrait pas !
  • Ha non Excuse-moi, Gamélia !
  • Oui , elle l’a fait la crack !
Et ce pauvre ami qui n’en revenait pas alors que la Crack rapportait 3/1 ! Il faut de tout pour faire un monde de turfistes !
La carrière de l’alezane se termina un peu de façon triste avec cependant une deuxième place dans  »L’ile de France » mais il faut dire qu’elle avait tant donné.
Dans cette génération des G, L’élevage De Bellaigue était super armé avec les GOREL, GAMELIA, GADAMES , GAUDEO
Au Haras, Gamélia a produit le bon Talassius, Brettia devenus utiles au Haras.
Ainsi la vie continue de génération en génération…

 

La suite au prochain épisode ..

 

Un dimanche à Pipe-Souris!

DSCF3677 (3)_GF
L’hippodrome de La Ferté Vidame ou Pipe-Souris du nom de la petite rivière qui passe non loin du champ de courses est un endroit toujours très fréquenté par les aficionados des courses hippiques. Une nouvelle fois le public a répondu présent. Il faut dire que les choses sont bien présentées sur cet hippodrome afin que chacun passe un bel après-midi. Une nouveauté cette année, la construction d’un bâtiment qui regroupe les guichets PMH et les sanitaires . Histoire de grogner un peu, il est dommage que cet ensemble a été réalisé aussi loin du poteau d’arrivée.  En effet ceux qui font les heats d’échauffement sont obligés de traverser tout le public afin de miser. Une fois les jeux faits, il faut refaire le chemin à l’envers pour regarder la course, sinon le joueur n’a pas d’autre choix que de rester dans le premier tournant pour voir comment se comporte son champion. Une chose également à faire connaître: si vous voulez déjeuner sur l’hippodrome à des prix tout à fait corrects, faut mieux arriver une heure avant la première où sinon attendre la troisième…La rançon du succès !
Coté sportif, bon déroulement de la réunion, à part la course d’amateurs où une chute sans gravité pour l’homme et le cheval s’est produite après un faux départ.

 

DSCF3658 (2)_GF

La première course disputée au monté a vu la facile victoire de Bonheur du Fossé monté par la jeune Lolita Balayn, qui s’est montrée très patiente . Ce cheval semble en retard de gains.
Dollar Baby de l’écurie Raimond est a reprendre. Un trotteur difficile qui rappelle son père, Quopeck.
Diamant du Chateau et Tzigane du Gueret ont fait connaître leurs moyens mais aussi leurs susceptibilités.
Crooner semblait s’envoler vers la gagne lorsqu’il s’est montré indélicat.

 

DSCF3670 (3)_GF

Le Prix Simone de Fontange a réuni un lot de bonne facture. Aida d’Héripré, venue vite en dehors au dernier passage devant les tribunes s’est montrée de loin supérieure à ses rivaux du jour. (Photo ci-dessus)

DSCF3675 (2)_GF

 

Enfin de bons bruits circulaient sur une inédite de l’écurie Victoria Dreams, City Charm, une pouliche tardive bien qualifiée à Caen. Bien que cette maison transcende souvent après deux ou trois courses, on peut dire que la fille de Rocklyn s’est montrée plutôt décevante…à suivre !
Rendez-vous le 21 Août avec la seconde réunion de l’année et les E en piste…a vos jumelles