Cauchemar à Auteuil.

deuil-condeleance

    Un véritable cauchemar s’est déroulé ce dimanche sur l’hippodrome d’Auteuil sous les yeux des néophytes. Pas moins de cinq chevaux : Mister Bali Poliboy, DJ’Apple’s, Puyfolais et Goldkhov ont perdu la vie. Pour qu’elles raisons? Il est si facile de dire que c’est la loi des séries ou je ne sais quelles âneries entendues ou lues…Ce n’est pas possible que depuis quelques années beaucoup de chevaux perdent la vie (même sur la fibré) sans autres raisons que celle du destin!

Les pistes d’Auteuil sont très critiquées (souvent derrière le dos des dirigeants) par ceux qui montent en course,  sans y être pour quelque chose…Style la haie du Pavillon !
Deuxièmement les courses trop répétitives pour certains rendent les chevaux plus fragiles.
Enfin peu importe d’où vient le mal, mais malgré que je sois à crocs depuis près de 50 ans d’Auteuil et l’obstacle, j’ai décidé ne plus écrire d’articles sur les courses d’obstacles (cela me fait mal) ni de parier sur ces courses qui sont devenues au fil du temps une anti-publicité des courses hippiques et qui n’ont pas besoin de cela. Sachant que je ne joue plus au trot également…reste plus grand chose à mettre dans la caisse…
Nous continuerons de faire des sujets et reportages sur les courses de galop et parfois de trot.

 

Auteuil: Il pleut des notes !

20170413_134022_HDR~2 (2)
Ci-Blue deuxième du Prix Rose Or No

    En ce Jour J – 4 avant le ‘Président de la République’ aucun nom de vedettes ne se détachait du programme. Mais nous avons rempli notre carnet de notes pour les deux mois à venir. Comme nous ne sommes pas des ingrats, nous vous conseillons de suivre ces sauteurs lors de leurs prochaines sorties.

 

 

 

Prix Géographie : Gold Filly, adroite comme sa génitrice (Thou in Gold) , s’est imposée de bout en bout sans être inquiétée par Villa Navarre qui n’a pas bien sauté la dernière haie. Carlota s’est montrée excellente sauteuse. Spring In The Air a fini des plus correctement en net retrait.

 

Prix Champoreau : Santa Adelia attentiste est venue chercher, malgré 3 kg de plus à porter, Malaya qui a tenté son salut dans la fuite au bout de la ligne d’en face.

 

Prix The Coyote: Mister Vespone, malheureux au saut de la rivière des tribunes où il est passé dernier, est revenu prendre le second accessit.

 

Prix Rose Or No : Ci-Blue n’a pas démérité dans le Quinté+ en étant monté plus près de la tête cette fois-ci. Une nouvelle fois, Rock of The Race n’a pas fait l’arrivée seulement à cause du poids à porter.

 

Prix Claude Cohen: Spain Bowl n’a pas trouvé d’adversaires à sa taille. Zureka est tombée à l’avant dernière haie, gênant quelque peu Dorelko des Obeaux. Takelot a bien terminé en retrait. Baumanière a fini correctement en net retrait.

 

 

 Prix Nécor  : Diamond Charm a bien poursuivi son effort entamé entre les deux dernières haies. Ahquecoucou a bien fini. Sam a chuté au saut de l’avant-dernier obstacle alors qu’il était encore compétitif pour un chèque. Bonjour Bonsoir a eu un comportement bien passif…à suivre !

 

 

Prix de Borély: Accelerator s’est envolé pour finir.

 

 

Prix du Barry : Tivano D’Authie était encore bien en course pour la victoire au moment de sa chute à l’ultime obstacle. Tito de la Barrière s’est bien comporté sur un parcours bien trop facile pour ses aptitudes, bien que le poids des ans soit là.

 

 

Prix Rose Laurel: Classique a une nouvelle fois bien fini pour son deuxième parcours après longue absence.

 

 

 

 

Auteuil: De la classe, du courage, de l’espoir.

20170401_182937 (2)

  Cette réunion d’Auteuil a une nouvelle fois mise en exergue des chevaux de grande classe, des courageux et des espoirs…N’est ce pas, Edward d’Argent, Bon Augure, Mocalacato Has, Martinstar ?

 

 

Délire d’Estruval a fini de belle façon dans le Prix Mitsouko III, mais sans remonter le ‘PapotDad , repéré par nos soins l’été dernier en plat à Vichy. Daddy Lito a confondu vitesse et précipitation, puis est tombé à la rivière du huit alors qu’il était en tête suivi de près par Dad.

 

Grand Départ encore loin en face a fourni un super rush après le saut de l’ultime obstacle dans une épreuve où Equinoxe est allé à terre au saut de la dernière haie alors qu’il était bien en course.

 

Le demi-frère de Milord Thomas, Martinstar n’a pas fait honte à la famille en débutant victorieusement sur les gros obstacles. Forest Forest a donné une bonne réplique au lauréat bien que lui rendant 6 kg. Calva du Rib a besoin de prendre de la bouteille afin de devenir un grand cru.

 

Mocalacato Has paraissait avant le coup un peu au dessus du lot. Mais Ludovic Philiperon  a dû demander au fils de Poliglote de s’employer afin de mettre à raison Papille d’Or, très courageux. Linda’as a bien terminé en pleine piste. Cotton Bowl, venu vite dans le dernier tournant, a fait figure de gagnant, puis a plafonné sur le plat. Commetoi a fini correctement en retrait à l’image de Great Alana.

 

Dalko Morinière s’est montré fautif au bout de la ligne d’en face alors qu’il venait d’être rejoint par Edward d’Argent, brillant lauréat du Prix Fleuret. La grande Classe !

 

Le brave Meissen a réussi à la force du jarret à dominer aux abords du poteau Laeticia Moon, adroite dans ses sauts. On suivra Cinquième Set, qui pourra prochainement gagner son…Match !

 

Le ‘miraculé’ Bon Augure n’a rien perdu de sa classe. Facile vainqueur du Prix Air Landais (excellent sauteur appartenant à l’écurie Wildentstein) , le fils de My Risk a triomphé facilement, devançant le remarquable finisseur, Mon Nickson. Caïman Land, s’est montré fautif sur les deux dernières difficultés du parcours. Vanilla Crush, devenu presque blanc, a effectué une rentrée correcte après deux ans d’absence.

 

Sumburg est à inscrire sur vos carnets de notes, comme d’ailleurs tous ceux cités plus haut…

 

 

 

 

Auteuil : Que de notes !

20170312_154450_HDR (2)

    Beaucoup de monde sur l’hippodrome d’Auteuil avec la reprise des dimanches au galop, malgré un programme un peu terne pour un dimanche (Storm Of Saintly, non partant). Mais comme lors de chaque réunion, nous avons vu quelques notes qui nous paraissent compatibles avec réussite lors de vos prochains paris gagnants.

   La première épreuve sur l’hippodrome d’Auteuil est souvent sujet de découvertes. En effet aux alentours de 14H10, trois A.Q.P.S . nous ont particulièrement attiré l’œil. Dance avec Jersey, fils de la bonne Myrtille Jersey, s’est imposé à l’issue d’un démarrage sec après le saut de la dernière haie dans une course sans train. Désir des Roses a terminé en trombe mais trop tard. Dorelko des Obeaux a fourni un bon effort final en léger retrait. Voici quelques poulains qui ont certainement attiré quelques regards outre-Manche…

 

Le Prix Jean-Claude Evain en souvenir d’un grand propriétaire-éleveur a ému plus d’un amoureux des chevaux à l’issue du retour triomphal du Champion Bon Augure. En effet après avoir frolé la mort sur cet hippodrome, puis condamné pour la compétition, le fils de My Risk, s’est imposé après une absence de dix huit mois…Une bien belle histoire comme on aimerait en connaître plus souvent. Pour en revenir à la course, Bon Augure qui ne tire plus comme un treuil, s’est imposé en toute décontraction face au gris Mat Maker, qui a évité la chute à la rivière du huit. Cœur d’Artichaut, bien que découvrant Auteuil, s’est remarquablement comporté, voici un futur lauréat en vue.

 

Le quinté a pu se dérouler dans de bonnes conditions, bien qu’un faux départ a obligé les concurrents à revenir se ranger une seconde fois sous les ordres du starter. Grand Départ a crevé l’écran dans la ligne droite. Il ne faudra pas oublier, Dans le Mil lors de son prochain parcours…

 

Le Prix Duc d’Anjou , épreuve préparatoire au Prix Ferdinand Dufaure , s’est résumé à one man show. Edward d’Argent a …cisaillé ses adversaires. Dalako Morinière a assuré le rythme, et bien que parfait tout au long du parcours, n’a pu résister au final du fils de Martaline. Full Glass a refait un peu de terrain dans la phase finale.

 

Le Prix du Secours Populaire Français a fait la part belle (à quelques minutes de la magnifique victoire de Timoko à Cagnes sur Mer) au monde du trot. Cobra de Larre appartenant à Sylvain Roger et entrainé par Louis Baudron, a crée la surprise en s’imposant facilement devant le marathonien Plumeur.

 

Saintkadam aurait pu inscrire son nom au palmarès du Prix Cousin Pons sans quelques petites bévues pendant son parcours. Capivari, très joué, n’en a pas sauté une…

 

Magneticjim, fils de Galileo…a effectué d’excellents débuts sur les haies après avoir fait une très honnête carrière en plat. Entrainé auparavant par Pascal Bary  le ‘grisou’ d’Alain Couetil n’a trouvé sur sa route qu’un Ramdam qui lors de ses débuts avait battu un certain Crack de Rêve…deux éléments à suivre ce printemps !
Coté jockeys aucun coup de deux: Les huit épreuves donnant droit à huit noms différents.

 

 

 

 

Les chevaux qui m’ont fait aimer les courses . No 3. Pot D’Or

 
      Nous n’avons pas étudié le cheval dans les mêmes écoles, Monsieur ! Vous étiez à Vaugirard quand j’étais à Saumur. J’apprenais le pas espagnol quand vous débitiez du saucisson sur votre étal, et vous en étiez probablement au steack haché quand j’enseignais le trot raccourci !
  • Jean Gabin, Le Gentleman d’Epsom (1962), écrit par Michel Audiard
    Chaque semaine, je vais essayer de vous parler de mes souvenirs de Turfiste. Cela fait certainement ‘vieux con’, mais il est temps que les ‘jeunes cons’ soient au parfum au sujet des chevaux qui ont comblé mes rêves. Il y aura Trotteurs, Galopeurs et Sauteurs mélangés au gré de mes souvenirs.

 

Numéro 3 : Pot D’or : Par Buisson d’Or et Appo, par Apple Pie

 

12932989_231162687236292_245064849887174923_n (2)
Pot d’Or -Jean -jacques Declercq et Monsieur Weill après son Grand steeple Chase de Paris 1971
   Les courses d’obstacle ont toujours été ma grande passion. Parmi tous les sauteurs que j’ai vénéré, un cheval m’a vraiment marqué…Pot D’Or, entrainé par Maurice Wallon, le père de Pierre Vallon avec lequel j’ai eu la joie de parler de Pot d’Or. Jean- Jacques Declercq et Pot d’Or était un couple magique, car ce cheval était loin d’être évident. Le hasard a voulu que je sois un jour à Saint Cloud pour faire connaissance avec ce joli poulain bai foncé avec une petite tache blanche sur le front. Résultat: un flash au rond et quelques billets au fond des poches suite à sa victoire sur 2000 mètres à 2 ans. Lors de son passage de 2 à 3 ans, j’ai fais un fixing sur ce poulain appartenant à l’écurie Robert Weill. A tous ceux qui voulaient bien (encore) m’écouter, je ne cessais de leur dire
-Vous allez voir lorsque Pot d’Or va débuter à Auteuil, ca va être un Crack !
Comme prévu, Pot d’Or a débuté dans le ‘Champaubert’ en triomphant…
-Alors , je vous l’avez dis ou non?
Puis le cheval fut dirigé vers le steeple où sa carrière fut remarquable. Le Maurice Gillois à 4 ans en battant un certain Biron. Puis après deux nuits de juin où je n’ai pu trouver Morphée, mon Pot d’Or dispute le Grand Steeple Chase de Paris à …5 ans. On ne pouvait me parler sur l’hipodrome ce jour-là. Il ne s’agissait pas de faire la moindre erreur en course, je devais le monter ‘aux petits oignons’. Je me souviens avoir sauté le Rail-Ditch avec lui.
En fait , j’étais l’entraineur, le jockey, le lad. Après 6500 mètres pendant lesquels  je n’ai jamais tremblé, Pot d’Or a gagné !  Victoire devant les Haroué lauréat en 1968, Morgex lauréat l’année d’après, Huron 1969-1970…Excusez du peu !
Ensuite, Pot d’Or après avoir déçu ( j’ai oublié les échecs) est rentré au haras à 6 ans et fut un super reproducteur aussi bien pour les courses ou le concours hippique. Pot d’Or est mort à 25 ans après avoir donné pléiades de bébés.

 

pot_or (2)
Pot d’Or étalon

 

Une course porte son nom à Auteuil. Ce cheval a fait de moi ‘un cheval d’obstacle’. Jamais j’ai retrouvé ensuite un remplaçant à cet authentique Crack, bien que les, Samour, Haroué, Morgex et sans oublier l’A.Q.P.Q.S, Rivoli faisaient partie de mes chevaux de cœur.

 

 

 

La suite au prochain épisode ..

Les chevaux qui m’ont fait aimer les courses . No 1. Paraf

e318d4f2ac72dea9cc464cb66fde0c0e
 
      Nous n’avons pas étudié le cheval dans les mêmes écoles, Monsieur ! Vous étiez à Vaugirard quand j’étais à Saumur. J’apprenais le pas espagnol quand vous débitiez du saucisson sur votre étal, et vous en étiez probablement au steack haché quand j’enseignais le trot raccourci !
  • Jean Gabin, Le Gentleman d’Epsom (1962), écrit par Michel Audiard
    Chaque semaine, je vais essayer de vous parler de mes souvenirs de Turfiste. Cela fait certainement ‘vieux con’, mais il est temps que les ‘jeunes cons’ soient au parfum au sujet des chevaux qui ont comblé mes rêves. Il y aura Trotteurs, Galopeurs et Sauteurs mélangés au gré de mes souvenirs.

 

Numéro 1 : Paraf

 

Tout a commencé avec…Paraf, entraîné par Léon Gaumondy , monté par Jean-Pierre Caresse et appartenant à Monsieur Abadie.
Ce Paraf fut celui qui a déclenché cette folie en moi. Paraf est le premier cheval que j’ai joué et…touché sur l’hippodrome d’Auteuil. Il avait fait une cote de 8/1. C’était un cheval difficile qui souvent se dérobait sur le steeple, mais le lascar avait des moyens. Je me souviens de ses origines…Cambremer et Sita !  Paraf était entrainé par l’homme de Hyères III…que j’ai du voir en course, mais qui m’a moins marqué malgré son immense palmarès. Je ne connaissais rien aux courses et peut-être que son numéro huit m’avait inspiré…et dire que si les 2 francs de ma mère misés sur mes conseils…étaient restés  à l’Open-Ditch, qu’a cette heure vous ne seriez pas entrain de lire cet article . Cela aurait été fort dommage, convenez-en !
De mes débuts, je me souviens des Loto II, Explorateur II, Pansa, Sapin, Santo Piétro le cheval volant, Cacao qui s’est tué à Auteuil et le premier AQPS capable de rivaliser avec ‘ les purs’ , Rivoli paré des couleurs Biron (verte et marron).

 

La suite au prochain épisode ..