Auteuil: Quelques notes intéressantes sous le soleil

DSC00930
      Malgré un lundi de pont et un soleil brillant…pas un chat sur la Butte-Mortemart. Enfin, c’est ainsi !

 

DSC00923

 

    Le Prix Wild Monarch pouliches a permis à Guillaume Macaire d’inscrire son nom une nouvelle fois à cette épreuve pur débutantes. Enjoy It vite bien placée, a réglé au sprint Hurkova, entrainée par Caroline De La Soudière Niault, femme discrète mais efficace avec le peu de pensionnaires qu’elle entraine. La ‘Gallorini’ Luna Riska, bien que sautant gros a bien tenu sa partie ainsi que French Bird, Krola et Fait la Une…Un lot à suivre .

 

  Guanabara a survolé le Prix Vanille. Skylimit De Houelle a effectué une rentrée remarquable. Elle Est Deslandes, malgré une faute en face s’est bien comportée.

 

DSC00934
    Roxinella est certainement appelée à devenir un toute bonne jument d’Auteuil. C’est avec une grande facilité que la pensionnaire de François-Marie Cottin a réglé le sort de Vézelay qui n’est pas n’importe qui. Le Tchèque, Stafettino, assez allant, s’est montré dur à l’effort, bien que finissant un peu éprouvé. Calva du Rib avait besoin de courir.

 

 Shanina Du Berlais s’est imposée dans le Prix Girofla en finissant mieux que ses rivales sur le plat.

 

 

 El’Ban, repéré lors de sa dernière sortie par nos soins, aurait pu l’emporter s’il s’était montré moins fautif pendant le parcours. Certainement un cheval d’avenir sur les gros.

 

  Le Prix Pansa, en hommage à un grand Champion des années 70, a vu le triomphe de Bonne Elève et de Jonathan Plouganou qui a fini avec ’10 tonnes dans chaque mains’. Amazone du Lémo a vraiment été malheureuse dans l’ultime tournant.

 

DSC00950
  Enfin le Prix De Penthièvre, Muthtemps a pulvérisé ses rivaux dont Candide. On notera les deux Tchèques, Santo Cerro et Dusigrosz, magnifiquement présentés et qui préparent certainement ‘la belle’ en Italie….

A suivre…

 

 

 

 

 

 

Publicités

Auteuil sous le soleil et devant quelques fantômes !

 

  C’est sous un chaud soleil que s’est disputée cette réunion qui réunissait des lots bien maigres, un peu à l’image du public…fantomatique !

 

IMG_20180418_165158
      Le Prix Claude Cohen ( grand propriétaire disparu) a permis à Pascal Adda de mettre en banque un nouveau petit bâton. Doctor Chalnetta, née de la bonne Maharina, est restée invaincue après sa victoire Bellifontaine le jour de ses débuts. En Avant Garde aurait pu l’emporter en s’appliquant mieux dans ses sauts. Arcadia Sizing n’a pas été très heureux dans ses sauts. On notera pour l’avenir l’excellente fin de parcours d’Américan Master après avoir sauté comme un néophyte. Voici un cheval à suivre de près.

 

  Vision de Maitre a gagné en très bon steeple-chaser. Cet excellent sauteur a battu très facilement Valtor, récent troisième du Prix Troytown …si ce n’est pas de la bonne ligne cela !

 

 

    Opulent d’Oroux, attentiste a conclu honnêtement en retrait de Deniaville, lauréate après lutte avec Aristo des Mottes du Prix Arthur Viel-Picard.

 

 

IMG_20180418_183138

      Philippe Ménager, jockey décédé après une chute sur l’hippodrome de Compiègne, a donné son nom à un Prix. Philippe aurait apprécié la lutte magnifique entre Ebéne du Breuil et Good Lucky. Un instant le beau poulain de Guillaume Macaire a pris un léger avantage, mais Ebene du Seuil, très lutteuse est revenue lui chiper la gagne sur le poteau. Dylidancer a montré qu’avec un peu de métier il pourra dans un proche avenir menacer les deux premiers.

 

 

   Enfin le Prix René Couetil remporté par Echo Sacré, entrainé par Guy Cherel,  aurait pu avoir un autre lauréat, si Eni Light, qui faisait sa rentrée, avait décidé de se rapprocher avant la dernière haie. Oui, je sais, le poulain rentrait, je n’ai pas voulu lui donner une course dure, Etc. etc. (une course comme à la Device en somme). On notera les excellents sauts de El’Ban.

 

Un ‘Murat’ impérial !

IMG_20180407_180553_GF

     Quel dommage quand-même qu’une réunion comme celle de samedi sur la Butte-Mortemart se dispute en même temps qu’une autre à Paris- Vincennes…Pour la petite histoire, Franck Leblanc avait choisi Auteuil plutôt que Vincennes. Comme il ne possède pas le don de dédoublement, le célèbre entraineur de trotteurs avait Beaumec de Houelle qui courait à Auteuil à dix minutes d’intervalles avec Erminig d’Oliverie qui se produisait sur le plateau de Gravelle dans un groupe II…

 

 

  Beaumec de Houelle a donné raison à Franck Leblanc de se rendre sur l’hippodrome d’Auteuil. Très chuchoté avant la course, le pensionnaire d’Arnaud Chaillé-Chaillé s’est imposé à la mode. Twinkling, n’était pas battu au moment de sa chute à la dernière haie, tout du moins pour les places. Excellents premiers pas en obstacles de Festivalier.

 

     Energy d’Olivate  qui venait de gagner à Saint Cloud, s’est littéralement envolée sur les balais. Bon comportement d’Eludy. Parcours pas des plus heureux de Shekidame. On déplora la fin tragique à la dernière haie d’Aquatique, encore bien en course.

 

IMG_20180407_175851_GF
IMG_20180407_175430_GF
      Le Prix Murat, épreuve préparatoire au Grand Steeple chase de Paris, est revenu à Perfect Impulse qui a produit un drôle…d’effet ! C’est de bout en bout et sans aucun problème que la fille de Poliglote et montée en grande confiance par Tristan Lemagnen a fait sien ce Groupe II. Le Crack Milord Thomas, supplémenté, a réalisé une prometteuse fin de course en remportant le sprint du reste du petit peloton. Bipolaire, débordé dans l’ultime tournant est revenu fini fort. Roi Mage n’a pas à rougir de sa quatrième place. Bravo à tous ces champions et rendez-vous fin mai avec d’autres conditions…

 

    Drôle de course que le Prix Pepinvast avec l’échappée belle de Willdriver. Bien que restant sur une victoire à Compiègne devant Shekidame, la pensionnaire de Mathieu Pitart, que l’on n’attendait pas à pareille fête, montée par le jeune Nicolas Gauffenic, a joué un tour de toute beauté aux deux ‘Macaire’ Tunis et Master Dino en prenant une grande avance sur ses rivaux. Une fois réveillés les deux jockeys du Maitre de Royan, bien que finissant des plus correctement, n’ont pu que voir la queue de la lauréate…Nous entendons certains agacements …

 

   Le brillant Goliath du Berlais, n’a pu résister à Polirico dans l’important Prix Chambaupert. Blue Silver aurait pu donner des sueurs froides aux deux premiers sans une énorme faute à l’ultime haie. Voici certainement trois excellents poulains.

 

  Dalia Grandchamp et Ajas ont réalisé des prestations gagnantes qui en disent long sur leurs futures carrières. Moosetache qui découvrait Auteuil est très perfctible dans ses sauts.

Cap à l’ouest …

IMG_20180325_173219
         Dimanche sur l’hippodrome d’Auteuil pour gagner une course ou bien toucher un gagnant,  fallait mieux monter ou jouer un cheval entrainé dans l’ouest !

 

IMG_20180325_173621
       Angel’s Share, Listenmania, Accentus ainsi que Faubourg Rosetgri et King Goubert, les trois premiers du Quinté, Lou Buck’s, De Bon Cœur et son Dauphin, Alex de Lareddya, Sucaille, Melchief , possèdent la particularité d’être tous entrainés dans l’Ouest de la France. Seul, Guy Cherel sauve l’honneur du Centre d’entrainement de Maisons- Laffitte en se rendant Maitre des Patrons de l’Ouest …Nicolle et Macaire !

 

 

 

Que faut- il tirer de pareils résultats? 

 

   Chantilly n’a jamais été trop branché obstacle, mais le centre d’entraînement de Maisons-Laffitte semble en fin de règne? Avec le probable et prochain départ de Yannick Fouin, Jean Paul Gallorini pas loin de passer le flambeau à sa fille installée dans l’Ouest…on peut dire que Maisons-Laffitte est en voie de disparition. Malgré quelques uns qui conservent sous perfusions le centre d’entrainement, on peut se demander si tout a été fait pour que Maisons reste la cité du cheval !

 

IMG_20180325_173145
   Après la fermeture d’Enghien les Bains, la fuite des entraineurs d’obstacles d’Achères vers un air plus pur, seuls les souvenirs persistent avec la grande époque de l’obstacle…Adèle le Maitre, les Pelat, Gréco, les Beaumé (père et fils) …Bon, bah d’écrire cela, ça fait vieux grognard, et puis les courses se modernisent, vieux !

 

 

 

Ecurie Anjou Passion…passionnante et passionnée !

   Didier et Jérôme Marion ont bâti de toutes pièces leur centre d’entrainement en Anjou. Après avoir démontré leurs qualités sur toutes les pistes de France, surtout en obstacle, le Père et le Fils ont décidé de se lancer dans la création d’une écurie de groupe. Rapidement, ils ont réussi a trouver une trentaine de copropriétaires dont certains ne connaissaient les courses de chevaux que de très loin.  

 

Un premier bilan

Depuis juillet 2017, date du premier partant de l’écurie (Defichope, arrêtée) on peut compter 11 partants et 9 fois un chèque de ramené en mangeoire.

Débuts mars 2018: 5 partants et 2 fois dans l’argent.

Soit un bilan à ce jour de 16 partants avec 5 chevaux et 11 chèques, joli ratio !

 

les chevaux qui ont participé à la réussite de l’écurie:

22195415_316894135446892_7123524326626527875_n_GF      Jenychope a quitté l’écurie Anjou Passion, suite à une course à réclamer, pour rejoindre les boxs de Patrice Lenogue , pour lequel la pouliche a gagné cet hiver à Cagnes sur Mer. Elle nous a donné la joie de finir deuxième dans le temple de l’obstacle: Auteuil. Dommage qu’elle soit partie, mais c’est la vie des courses à réclamer !

 

 

22310354_316894142113558_2863456990464854877_n_GF
  Defi Chope est au repos depuis 4 mois, car cette petite pouliche avait besoin de se refaire une santé. On la reverra certainement en province .

 

23434986_330723380730634_2975618157975325344_n_GF_1
  El Tango Bello un ex Alain Couetil, acheté à réclamer, nous a rapidement fait plaisir cet automne en finissant 3ème tout près à Nantes, puis a ensuite pris une 5ème place à Saint Cloud. Malgré sa mauvaise rentrée à Lignières en Berry (quelques excuses) le poulain devrait gagner son avoine dans les handicaps.

 

 

28166887_373690126433959_6620621061576386945_n_GF
  Yamuna, ex Criquette Head, puis Julien Phelippon , la fille de Youmzain achetée à réclamer à Pau, vient de nous montrer en finissant 5ème d’un handicap à Toulouse, qu’elle valait bien mieux que sa dernière place à Chantilly lors de ses premiers pas pour les couleurs, bleue, Rouge et jaune. Cette pouliche nerveuse devrait apprécier l’air de la campagne. Elle semblait déjà moins stressée à Toulouse que lorsqu’elle a revue Chantilly. Vient de finir deuxième sur l’hippodrome de Fontainebleau. Il est possible que la pouliche soit essayée sur les balais cette année.

 

IMG_20180401_175650_GF.jpg Go’n Win, récente acquisition à réclamer. Transfuge de l’écurie Cottin. Pour la petite histoire, cette pouliche nous a empêché de gagner notre première course à Auteuil avec Jenychope, en battant à la lutte notre cheval. Vient de débuter à Auteuil où sa performance est à oublier.
 

 

Voila les espoirs pour cette année 2018, en attendant notre première victoire !

 

J’avais un pied- à- terre à Auteuil !

image1520170528372
 
    Etant fan de Meryl Streep et de Robert Redford,  je me suis inspiré de l’inoubliable film, Out Of Africa,  afin de scribouiller cet article nostalgique, mais peu romantique.

 

 

    Si ce n’est que paraphraser la première phrase du film;  – J’avais une ferme en Afrique, quel rapport avec le scénario de Sydney Pollack, d’après le roman d’Isak Dinesen, me direz-vous? Tu n’es pas Redford, ni Meryl Streep, et encore moins aristocrate. Evidemment, mais mon histoire d’amour avec les courses d’Auteuil possède de faux airs, de loin, je le conçois, avec ce chef d’œuvre du 7ème art. Je développe : Immense passion, puis déceptions successives qui mène à l’abandon. Et pourtant, il en faut du temps pour qu’une passion s’éteigne…
   La première fois que j’ai assisté à des courses de chevaux, j’avais dix ans. C’était sur l’hippodrome d’Auteuil. Ce fut un coup de foudre tel, que j’en rêvais la nuit… et même le jour devant mes cahiers d’écolier. Le Tonkin, Madagascar, rien que la dénomination des pelouses de l’hippodrome me permettait de m’évader de cet ennuyeux quotidien, qui dès mon plus jeune âge, ne m’a jamais trop donné envie d’y participer. je connaissais les noms de quasiment tous les sauteurs, bons, cracks ou simples ‘réclamers’. Les citer ici, reviendrait a faire un inventaire à la Prévert…
  Paraf, Hyères III, Hardelot, Cacao, Santo Pietro, Rivoli, Quitte Double L, Girasol , j’en passe et des moins bons. Pot d’Or (Mon grand amour), Les Roseaux, l’allemande Toronja, Elraka, Bison Futé, Monstre Sacré se sont ajoutés à ma longue liste de ceux qui m’ont fait trembler, vibrer, j’allais écrire…jouir !
   Un peu à l’image de Karen Blixen, au lieu de m’avoir donné mission de planter des caféiers en Afrique, je m’étais donné mission de découvrir les nouveaux talents chez les sauteurs. Une telle passion peut amener à la folie. D’ailleurs toute passion devient folie dont on ne guérit jamais ou mal.
    50 piges après, que reste t-il de cette merveilleuse aventure? Pour être tout à fait franc, plus grand chose, à part l’admiration pour ces grands athlètes que sont les sauteurs et leurs cavaliers qui tous deux risquent gros. Evidemment on me rétorquera que rien n’est plus pire que de voir un cheval blessé sur l’hippodrome attendant le vétérinaire afin de mettre fin à ses souffrances. Il est certain que cela marque les esprits. Je me souviens du premier cheval que j’ai vu euthanasié. Il répondait au nom de Barberousse… Je me souviens également de jockeys qui ne sont jamais rentrés chez eux: Daniel Merle, Pierre Lec, Philippe Ménager, Didier Mescam. J’ai toujours une pensée pour tous ces héros lorsque je pénètre dans mon EX pied-à-terre.

 

  Pourquoi EX, me direz-vous ? Pour être honnête, j’ai perdu la foi. Je ne reconnais plus MON hippodrome. Le temps n’arrange pas les affaires de cœur, mais pas que . Le jour où l’on a commencé à fermer les pelouses sur les hippodromes, l’âme des courses s’est envolée. Ensuite, une fois les innombrables erreurs commises par ‘ceux qui savent’, ils ont essayé de récupérer l’âme…Chose impossible ! Maintenant de voir cet hippodrome vide la semaine et à moitié plein le dimanche (pour être optimiste) l’ennui arrive presque aussitôt entré dans les enceintes. Lorsque l’on voit ce jour de réouverture, le peu de public venu admirer une pouliche aussi exceptionnelle telle que, De Bon Cœur, on peut se poser la question, comment que cela va se terminer et quand ? Avec la fermeture de l’obstacle à Enghien les Bains ( quelle bêtise), le gâteau séparé entre trois ou quatre entraineurs et idem côté propriétaires, cela ne peut durer ad vitam aeternam…Après avoir lassé le public, via l’accueil, voici maintenant arrivé le temps des vaches maigres coté rapports ! Et encore, imaginons que les écuries; Bryant, Munir, Papot jettent l’éponge comme l’a fait Jean- Paul Sénéchal…
     Pour ne pas finir comme dans Out Of Africa, une caméra fixe sur un lion qui vient parait-il  hurler le soir sur une tombe, restons optimiste et ne regardons que le spectacle passionnant des courses d’Auteuil… laissons notre zoom à nous,  posé sur AL CAPONE II qui regardent ses congénères dans le rond !

 

 

Liste des Hippodromes où j’ai trainé mes pieds …

 

IMG_20170625_161019_GF

 

Voici une liste des hippodromes que j’ai fréquenté et où j’ai mis au moins une pièce. Certains sont  fermés …

En Bleu: Ceux que j’ai ou que j’apprécie encore !

 

Abbeville – Aubigny sur Néré – Amiens – Agon Coutainville – AuteuilAix les BainsArgentan – Alençon

Bacqueville en Caux – Bernay- Biarritz – Bihorel les Rouen- Bréhal

 

IMG_20170622_120417 (2)

Cabourg- Caen- ChartresCagnes sur MerClairefontaine – Carentan – Compiègne – Châteauroux – Chalon en Champagne – Chatillon sur Chalaronne – Chantilly – Cluny- Macon

DeauvilleDieppe– Domfront – Dozulé – Dreux

 

Ecommoy – Elbeuf – Enghien les Bains EvreuxEvry

FeursFontainebleau – Forges les Eaux – Fougères – Fouilloy – Francheville

Gémozac – Gournay en Bray – Graignes – Granville – Guerlesquin-

Hyères

La CapelleLe Mont Saint Michel – La Barre Ouche – Le Neubourg – Luçon – Laval – Laval (l’ancien) – La Ferté BernardLe Pin au HarasLa Ferté Vidame LaonLe Dorat Les Andelys – Lisieux – La Gacilly – Le Sap – Le Lion D’Angers Longchamp Le MansLes Sables d’Olonne – Le Perche (Moulins la Marche )

Marseille – Vivaux – Marseille- Borély – Meral- Montier en Der – Meslay du Maine – Mondoubleau – Maisons Laffitte – Mauquenchy- Moulins- Montmirail

Nancy – Neufchatel en Bray – Neuillé Pont Pierre

 

DSC00502

Orléans

 

Paray le Monial – Plessé – Pompadour – Pont Saint Pierre – Pornichet la Baule

 

IMG_20170507_153215 (2)_GF

Rambouillet – Ranes- Reims – Richelieu – Rouen les Bruyères– Royan la Palmyre

Sablé sur Sarthe- Seiches sur Loir – Saint Jean de Monts – Savenay – Saint Cloud – Savigny sur Braye – Sillé le Guillaume – Saint Malo – Saint Pierre sur Dives – StrasbourgSaint Aubin les Elbeuf

Vernon – Vitteaux – VichyVincennes Vittel – Vibraye – Vire

 

Hippodromes Etrangers:

 

DSC00818

San Sébastien – Bologne – Cesena- Mons

 

 

 

Les chevaux qui m’ont fait aimer les courses . No 3. Pot D’Or

 
      Nous n’avons pas étudié le cheval dans les mêmes écoles, Monsieur ! Vous étiez à Vaugirard quand j’étais à Saumur. J’apprenais le pas espagnol quand vous débitiez du saucisson sur votre étal, et vous en étiez probablement au steack haché quand j’enseignais le trot raccourci !
  • Jean Gabin, Le Gentleman d’Epsom (1962), écrit par Michel Audiard
    Chaque semaine, je vais essayer de vous parler de mes souvenirs de Turfiste. Cela fait certainement ‘vieux con’, mais il est temps que les ‘jeunes cons’ soient au parfum au sujet des chevaux qui ont comblé mes rêves. Il y aura Trotteurs, Galopeurs et Sauteurs mélangés au gré de mes souvenirs.

 

Numéro 3 : Pot D’or : Par Buisson d’Or et Appo, par Apple Pie

 

12932989_231162687236292_245064849887174923_n (2)
Pot d’Or -Jean -jacques Declercq et Monsieur Weill après son Grand steeple Chase de Paris 1971
   Les courses d’obstacle ont toujours été ma grande passion. Parmi tous les sauteurs que j’ai vénéré, un cheval m’a vraiment marqué…Pot D’Or, entrainé par Maurice Wallon, le père de Pierre Vallon avec lequel j’ai eu la joie de parler de Pot d’Or. Jean- Jacques Declercq et Pot d’Or était un couple magique, car ce cheval était loin d’être évident. Le hasard a voulu que je sois un jour à Saint Cloud pour faire connaissance avec ce joli poulain bai foncé avec une petite tache blanche sur le front. Résultat: un flash au rond et quelques billets au fond des poches suite à sa victoire sur 2000 mètres à 2 ans. Lors de son passage de 2 à 3 ans, j’ai fais un fixing sur ce poulain appartenant à l’écurie Robert Weill. A tous ceux qui voulaient bien (encore) m’écouter, je ne cessais de leur dire
-Vous allez voir lorsque Pot d’Or va débuter à Auteuil, ca va être un Crack !
Comme prévu, Pot d’Or a débuté dans le ‘Champaubert’ en triomphant…
-Alors , je vous l’avez dis ou non?
Puis le cheval fut dirigé vers le steeple où sa carrière fut remarquable. Le Maurice Gillois à 4 ans en battant un certain Biron. Puis après deux nuits de juin où je n’ai pu trouver Morphée, mon Pot d’Or dispute le Grand Steeple Chase de Paris à …5 ans. On ne pouvait me parler sur l’hipodrome ce jour-là. Il ne s’agissait pas de faire la moindre erreur en course, je devais le monter ‘aux petits oignons’. Je me souviens avoir sauté le Rail-Ditch avec lui.
En fait , j’étais l’entraineur, le jockey, le lad. Après 6500 mètres pendant lesquels  je n’ai jamais tremblé, Pot d’Or a gagné !  Victoire devant les Haroué lauréat en 1968, Morgex lauréat l’année d’après, Huron 1969-1970…Excusez du peu !
Ensuite, Pot d’Or après avoir déçu ( j’ai oublié les échecs) est rentré au haras à 6 ans et fut un super reproducteur aussi bien pour les courses ou le concours hippique. Pot d’Or est mort à 25 ans après avoir donné pléiades de bébés.

 

pot_or (2)
Pot d’Or étalon

 

Une course porte son nom à Auteuil. Ce cheval a fait de moi ‘un cheval d’obstacle’. Jamais j’ai retrouvé ensuite un remplaçant à cet authentique Crack, bien que les, Samour, Haroué, Morgex et sans oublier l’A.Q.P.Q.S, Rivoli faisaient partie de mes chevaux de cœur.

 

 

 

La suite au prochain épisode ..

Les chevaux qui m’ont fait aimer les courses . No 1. Paraf

e318d4f2ac72dea9cc464cb66fde0c0e
 
      Nous n’avons pas étudié le cheval dans les mêmes écoles, Monsieur ! Vous étiez à Vaugirard quand j’étais à Saumur. J’apprenais le pas espagnol quand vous débitiez du saucisson sur votre étal, et vous en étiez probablement au steack haché quand j’enseignais le trot raccourci !
  • Jean Gabin, Le Gentleman d’Epsom (1962), écrit par Michel Audiard
    Chaque semaine, je vais essayer de vous parler de mes souvenirs de Turfiste. Cela fait certainement ‘vieux con’, mais il est temps que les ‘jeunes cons’ soient au parfum au sujet des chevaux qui ont comblé mes rêves. Il y aura Trotteurs, Galopeurs et Sauteurs mélangés au gré de mes souvenirs.

 

Numéro 1 : Paraf

 

Tout a commencé avec…Paraf, entraîné par Léon Gaumondy , monté par Jean-Pierre Caresse et appartenant à Monsieur Abadie.
Ce Paraf fut celui qui a déclenché cette folie en moi. Paraf est le premier cheval que j’ai joué et…touché sur l’hippodrome d’Auteuil. Il avait fait une cote de 8/1. C’était un cheval difficile qui souvent se dérobait sur le steeple, mais le lascar avait des moyens. Je me souviens de ses origines…Cambremer et Sita !  Paraf était entrainé par l’homme de Hyères III…que j’ai du voir en course, mais qui m’a moins marqué malgré son immense palmarès. Je ne connaissais rien aux courses et peut-être que son numéro huit m’avait inspiré…et dire que si les 2 francs de ma mère misés sur mes conseils…étaient restés  à l’Open-Ditch, qu’a cette heure vous ne seriez pas entrain de lire cet article . Cela aurait été fort dommage, convenez-en !
De mes débuts, je me souviens des Loto II, Explorateur II, Pansa, Sapin, Santo Piétro le cheval volant, Cacao qui s’est tué à Auteuil et le premier AQPS capable de rivaliser avec ‘ les purs’ , Rivoli paré des couleurs Biron (verte et marron).

 

La suite au prochain épisode ..