Les chevaux qui m’ont fait aimer les courses . No 1. Paraf


e318d4f2ac72dea9cc464cb66fde0c0e
 
      Nous n’avons pas étudié le cheval dans les mêmes écoles, Monsieur ! Vous étiez à Vaugirard quand j’étais à Saumur. J’apprenais le pas espagnol quand vous débitiez du saucisson sur votre étal, et vous en étiez probablement au steack haché quand j’enseignais le trot raccourci !
  • Jean Gabin, Le Gentleman d’Epsom (1962), écrit par Michel Audiard
    Chaque semaine, je vais essayer de vous parler de mes souvenirs de Turfiste. Cela fait certainement ‘vieux con’, mais il est temps que les ‘jeunes cons’ soient au parfum au sujet des chevaux qui ont comblé mes rêves. Il y aura Trotteurs, Galopeurs et Sauteurs mélangés au gré de mes souvenirs.

 

Numéro 1 : Paraf

 

Tout a commencé avec…Paraf, entraîné par Léon Gaumondy , monté par Jean-Pierre Caresse et appartenant à Monsieur Abadie.
Ce Paraf fut celui qui a déclenché cette folie en moi. Paraf est le premier cheval que j’ai joué et…touché sur l’hippodrome d’Auteuil. Il avait fait une cote de 8/1. C’était un cheval difficile qui souvent se dérobait sur le steeple, mais le lascar avait des moyens. Je me souviens de ses origines…Cambremer et Sita !  Paraf était entrainé par l’homme de Hyères III…que j’ai du voir en course, mais qui m’a moins marqué malgré son immense palmarès. Je ne connaissais rien aux courses et peut-être que son numéro huit m’avait inspiré…et dire que si les 2 francs de ma mère misés sur mes conseils…étaient restés  à l’Open-Ditch, qu’a cette heure vous ne seriez pas entrain de lire cet article . Cela aurait été fort dommage, convenez-en !
De mes débuts, je me souviens des Loto II, Explorateur II, Pansa, Sapin, Santo Piétro le cheval volant, Cacao qui s’est tué à Auteuil et le premier AQPS capable de rivaliser avec ‘ les purs’ , Rivoli paré des couleurs Biron (verte et marron).

 

La suite au prochain épisode ..

Publicités